accéder à l'accessibilité
  • agrandir le texte retrecir le texte envoyer cet article à un ami imprimer cet article
  • La rénovation du Lavoir
  • Le projet de rénovation du lavoir verra sont aboutissement dans les prochains mois avec le début des travaux qui ont débuté le 11 février 2013. Un lavoir à Avrainville, pour les plus anciens d’entre nous, cela évoque certainement quelque chose, des souvenirs vécus ou contés. Mais pour les plus jeunes ou nouveaux Avrainvillois, ils peuvent être en peine de le situer dans le village tant ce monument de notre patrimoine est si discret. Dans cet article, nous allons essayer de vous raconter son histoire et son devenir.

  • Le lavoir, son histoire

    Jusqu’à la fin du 19ème siècle, la lessive dans les campagnes s’est faite sur une pierre inclinée ou une simple planche au bord de la rivière ou au bord de l’étang. Quand ces points d’eau n’existaient pas, ce qui est le cas pour la commune d’Avrainville, les femmes puisaient l’eau du puits (on en dénombrait une centaine qui ont servi jusqu’à l’arrivée de l’eau courante en 1952) . Cette pratique, au-delà de la dureté que représentait ce travail pour ces femmes, comportait des risques de contamination de l’eau qui rappelons-le servait également pour leurs usages domestiques…. Au cours du 19ème siècle, plusieurs éléments vont conduire à l’édification généralisée de lavoirs dans les communes françaises. Les premières réflexion sur la préservation de la qualité de l’eau naissent, la prise de conscience collective que la salubrité publique et les principes élémentaires d’hygiène peuvent éviter le développement de maladies mortelles comme le choléra, la variole ou la typhoïde. La prise en compte de la propreté du corps devient un impératif et par voix de conséquence celle du vêtement qui peut véhiculer des germes malsains.

    Pour toutes ces raisons, la construction de lavoirs est devenue une nécessité. En 1851, l’assemblée législative vote une loi portant obligation à chaque commune de construire un lavoir où l’eau pouvait s’écouler. Cette obligation est accompagnée par le vote d’un crédit spécial pour subventionner à hauteur de trente pour-cent la construction des lavoirs.

    A Avrainville, le lavoir est apparu à la fin dub 19ème après qu’un architecte parisien M. Charles MEYNE, propose le 8 juillet 1894 un projet de lavoir communal. Celui-ci sera construit sur un terrain situé au carrefour du chemin de Torfou N°2 (actuel rue de la forêt) et du chemin de grande communication N°26 (actuel Grande Rue). Ce terrain, d’une superficie estimée à 7 ares 18 centiares, a été cédé à la commune par M. ADELON.

    "Procès verbal d’estimation du terrain cédé par M. ADELON"

    Le lavoir, son architecture

    Le bâtiment est fermé sur ses 4 côtés, évitant les courants d’air, voire la glace de se former dans les bassins durant les mois d’hiver. Le toit est à 4 pans recouverts d’ardoises. Au centre, la toiture est appuyée sur des colonnes en fonte. Le lavoir est composé de deux bassins, un appelé "bassin de lavage", le second "bassin de rinçage". Le tour de ses bassins est équipé de planches à laver et à battre. Il s’agit de gros madriers en bois, en chêne ou en châtaignier, inclinés vers l’eau, qui servent de margelles à laver. L’évacuation des eaux usées est réalisée au travers d’une canalisation débouchant sur le chemin de grande communication N°26. La coursive de dégagement autour des bassins est large (2,50m) et équipée de rambardes pour y égoutter le linge propre, avant d’être étendu à l’extérieur sur un terrain aménagé a côté du manège. Ce dégagement permet aux lavandières de rentrer leurs brouettes et d’y déposer leurs cuveaux pour le trempage et le rinçage. L ’accès au lavoir se fait par deux portes aménagées sur le pignon côté Chemin de TORFOU n°2.

    "Plans originaux du lavoir"

    Le lavoir, côté technique

    L’alimentation en eau du lavoir est assurée par un ensemble composé d’un puits, d’un réservoir et d’un mécanisme de pompage entraîné par un manège pour chevaux.

    Le puits, d’une profondeur de 8 mètres et de diamètre intérieur de 2 mètres est situé dans le jardin jouxtant le lavoir. A proximité, un bâti en maçonnerie supporte un réservoir en tôle noir passé au minium. Sa contenance est d’environ 15000 litres.

    Le manège est constitué d’une pompe aspirante et refoulante, elle est fixée au manège avec un mécanisme à déclic pour prévenir le recul du cheval. D’un débit de 4 à 500 l/h, la pompe aspire l’eau par une crépine plongée dans le puits, le refoulement se déverse dans le réservoir.

    "Le puits et le mécanisme du manège"
    "Le lavoir aujourd’hui"

    Le lavoir, le projet de rénovation

    Ce projet a vu le jour après le rachat du lavoir par la commune en 2005. En 2008, un dossier de demande de subventions regroupant les coûts de rénovation du château et du lavoir a été déposé. Nous avons reçu une aide financière dans le cadre du Fonds d’Aménagement Rural. Une démarche complémentaire est en cours pour obtenir le soutien financier du Patrimoine.

    Outre la volonté de préserver et de mettre en valeur le patrimoine de la commune, ce projet de rénovation va permettre à ce lieu de retrouver une certaine forme de vie en lui redonnant un aspect proche de celui de son origine.

    Nous l’avons voulu semi-ouvert pour permettre à chacun d’en admirer son architecture intérieure, vivant et didactique par une mise en fonctionnement du puits et des bassins, et lieu de rencontre par l’aménagement d’un espace vert aux abords du puits et du manège.

    Alors, peut-être retrouverons-nous les bavardages qui ont animés ce lieu pendant tant d’années…

    "Le lavoir, vue côté rue de la forêt"